chroniques involontaires

Inès Hammami
Chroniques involontaires d’une volontaire
Service civique à Culture pour tous

Téléchargez toutes les Chroniques involontaires


Vingt-trois
journée grève générale
je fais grève sur une image.

au centre
deux corps en diptyque
à gauche trois sont levés
l’un fixe
à l’extrémité
entre
se divertit
l’autre interroge.
à droite
un triangle penché
et
des choix dissipés.
trame :
courbé
oblique
droit
profil
mesure
atone
immuable
fixe.


Vingt-deux
invasion solaire

bataille de ventilo’

défaite des cafetières
dictature des frigidaires

propagande de minijupe
insurrection des éventails
capitulation des sueurs.


Vingt-et-1

la bêtise a dépassé 90 décibels
au-delà du seuil autorisé
danger
destruction définitive des cellules
baisse du capital auditif
90 décibels de parole
ont attaqué nos vestibules
plus souvent même réveillent
la colère des neuf muses.


Vingt

la peau, le revêtement durci
la démarche de
reconnaitre
accepter
exprimer
afflux d’énergie et sentiments
la rendrait plus souple.
la souplesse de la peau c’est
permettre un processus
qui perce
diffuse
réchauffe.


Dix-neuf

mots sur pensées aurait besoin de penser sur mots
mais si pensée autre que mot
alors dans le « communément mot »
se trouve l’incompréhension

et comment renverser l’incompréhension
si ce n’est par les mots
une autre forme d’expression
du « communément autre »

le communément « autre »
bascule vers la compréhension
de « l’autre »

l’objet extérieur à soi
est considéré par son ailleurs

c’est alors que toute forme
est admise
par la divergence.


Dix-huit

latitude = 45.7766312
longitude = 4.921732600000041
degré celsius = zéro absolu (-273,15°C)
composition = mousse (bryophyta)
attitude = molle
fonction = commère.


Dix-sept

9h47
venir compresser (diminution forcée)
la frénésie (positive)
de la jeunesse.
par besoin d’adversaire, se lance
dans la confusion et la transparence
entre « élan » et « véhémence ».
dépendant du sentiment,
se convainc (aveuglement)
d’une forme d’accomplissement.


« n’est nulle part celui qui est partout »

faire imploser les cadres de référence
ranimer les dormances
par des partitions
des formes de sonorité
qu’auparavant n’auraient jamais imaginé.


au tableau
le feutre grince
par des schémas tente de
faire quoi déjà ?
expliquer, oui, le fonctionnement
par le prisme du dirigeant
qui, malencontreusement,
ne connaît pas
ses composants.


après la chute volontaire des notions temporelles,
disparition temporaire de numérotation.


Seize

16h - quelques minutes
volonté de voir la minorité
annonce de sa fonction
en attente de la liquéfaction
silence
aucun phénomène
un simple « enchantée » a suffit
à te désamorcer.


Quinze

- Mais je ne dis pas ça je dis ça
- Mais moi je vous ai demandé ça
- Oui mais pour répondre à ça je dois rappeler ça
- D’accord mais vous ne répondez pas à ça
- Je dis ça, je ne dis pas ça, je pense ça et agis comme ça
- Et vous détournez ça
- Ça m’arrange
- Ça ne vous pose pas de problème ?
- Pas tant que ça
- Et pour ça ?
- Je suis comme ça.


Quatorze

pas d’heure
les rendez-vous
en perdition
pas assez de temps pour
ça gonfle
les bords sont noués
ça gonfle
l’intérieur étouffé.

pas d’espace
les questions de temps
de maintenant
les cadres, les limites
des automates
à transgresser
finissent toujours
par encore s’en imposer.

plus de temps
un prochain arrêt
un voile bleu
qui regarde
la lumière filtre
absorbe peut-être ?
des images fixées

une seconde

et oubliées.


Treize

10h34
les odeurs
en cuisine
les origines
dans la vapeur
s’unissent
s’éva porent et
nous atteignent
par les narines
réveillent
nos pupilles
le ventre
au centre le réclame.


Douze

10h02
proche du goudron
rapidité après la sonnette
lieu glacé
on me propose un café
« volontiers »
des pièces
partout
fermées
un trousseau
beaucoup de clés
une grosse coque
avec pleins de petites coques
à l’intérieur
dissimulées.

15h21
écouter les trivialités c’est

prendre un Linge dans ses mains
et le tordre
extraire l’eau
épinglé sur un fil
exposé
ensuite ça sèche c’est rêche c’est
déshydraté

essuyer les tâches.


Onze

14h18
les gestes
s’articulent
en poésie
ils ne voient pas
les chorégraphies
quotidiennes
sur pause
recule

lecture
sous tes yeux.


Dix

9h46
enrober les jeunes
couche de sucre glace
qui colle et qui
fond
age et assimilation
des cases des
petites boites.

10h03
carence d’audace
constipation de sentiments
diarrhée de fausseté
et superficialité.


Neuf

11h36
le téléphone
« Clics »
l’interphone
les doigts sur le clavier
« Clacs »
les feuilles froissées.

14h06
les vibrations
torrent
qui se repend
résonne
les lueurs
jaillissent
glissent
bondissent.
extraire
envoyer
atteindre.


Huit

10h02
une croix sur la main
l’intersection
au cœur de la paume.
quelle étonnante coïncidence :
c’est quand le corps argumente
que la croix apparait.


Sept

10h48
produisent des gestes
comme si leur vernis n’était jamais sec
les cils effet diva
par la couche bétonneuse de mascara
effort improductif
pour garder les yeux productifs
sclérotique butanisée
crème coco & beurre de karité.

11h32
le politique
quelle jambe sur l’autre,
la droite ou la gauche ?

14h16
odeur du café
ses dames se sont dévoilées.
entendre les mots
et nos yeux :
rouler
éparpiller
fixer, parfois.
"voir n’est pas regarder
entendre n’est pas écouter".


Six

10h06
pour avoir ce genre de comportement,
ils pensent sûrement leur existence comme un accident,
que la vie est une merde,
qu’ils veulent s’étouffer dedans.

11h15
en prenant des airs,
ils convoquent les colères.
l’air de tout savoir,
l’art de décevoir.

14h20
ils ne voient pas leurs murs et s’arrachent des sourires. la peau devient blanche, et les mains attristées.

16h39
ceux qui ne sont jamais exaltés,
ce sont ceux qui ont renoncé.
et, asséchés par leur rationalité,
perdent toute leur qualité.


Cinq

9h12
les fameuses divisions internes, se promènent
dans les couloirs,
dans les bonsoirs,
les urinoirs,
et les mangeoires,
elles se promènent, tranquillement sur la scène.


Quatre

14h10
ils ne regardent pas au-delà de ce qu’ils voient.
quand la perception visuelle
n’autorise pas à voir au-delà du conventionnel.

15h21
parler sans rien dire,
c’est meubler ?
et pourquoi parler,
s’il n’y a pas de dire ?
les gens du dire
parlent cérébral
et la plupart des gens parlent,
pour ne rien dire.


Trois

11h03
rentrer dans une mission locale, c’est redevenir spermatozoïde.
tu trouves un embryon :
ce n’est pas le bon,
tu prends une autre voie :
on te dit que ce n’est pas celle-là.

16h36
Que voyez-vous ?
nous voudrions voir ce que vous voyez.
ça doit être ennuyeux, non ? De ne pas voir,
ce que nous voyons.


Deux

10h06
culture morte et non-activité :
les cerveaux sont dilatés.
et les Corps, engourdis par l’inaction,
arrêtent leur ascension.

10h24
des passoires
des vitres teintées
vision parcellaire ou obstruée.


Un

16h58
dans mon agenda je vois des voyages.
ne sont plus des rendez-vous
plus : se rendre
rendons
ensemble.

17h12
je parcours mes jours
en faisant des détours.